Coups de coeur Jeunesse

  • Imprimer

Les coups de coeur jeunesse :

 

46466La cabane d'Isabel de Sarah Stewart

Les parents d’Isabel quittent le Mexique pour aller vivre aux États-Unis. Dans les lettres qu’elle envoie à sa tante restée au pays –écrites en anglais afin de lui montrer ses progrès ! –, Isabel raconte ses premières impressions. Pour écrire et pour lire, pour se protéger aussi de toutes ces choses nouvelles, la petite fille a besoin d’un endroit tranquille, rien qu’à elle. Avec des boîtes et des cartons récoltés ça et là, elle va se fabriquer une cabane qui lui correspond à merveille... Un album épistolaire magnifique, tout en douceur, sur le déracinement d'Isabel, une jeune mexicaine, partie vivre avec sa famille aux Etats-Unis. La construction de sa cabane tout en cartons lui permettra de trouver un refuge, un endroit secret...
Les difficultés rencontrées (barrière de la langue, exil, perte de repères...) sont abordées de manière sensible mais simple, avec des mots d'enfant.
Les illustrations sont très présentes et ce, dès la deuxième de couverture, et participent à la lecture de cette histoire.
Un album à découvrir.

Coeur d'encre de Cornélia Funke
CVT Coeur-dencre 986Ce roman jeunesse, publié en 2003 et illustré par l'auteur elle-même, met en scène Meggie Folchart, adolescente, et son père Mortimer "Mo", relieur de métier et amoureux de l'objet livre. Il a transmis cette passion à sa fille. Il cache néanmoins un grand secret qui, comme tout secret, finit par se savoir (sans quoi, le roman n'aurait guère avancé). Il est une "Langue Magique": il peut faire sortir des éléments et des personnes des livres lus à haute voix. Dans une notion d'échange équivalent, des éléments de notre monde partent dans ce livre. c'est ainsi qu'il a "perdu" sa femme lorsque Meggie étatit bébé, dans un livre de fantasy du nom de "Coeur d'encre". Sont sortis de notre côté des personnages, forcément, peu fréquentables. Et débute alors la grande aventure.
L'Allemande signe ici un roman fabuleux, palpitant à souhait, plein de rebondissements. Mêlant fantasy et quotidien, elle nous invite dans un univers à la frontière des livres et de la réalité.Les personnages sont bien identifiés, traités en profondeur. On n'est pas dans un schéma bons/méchants tranchés, chacun évoluant avec sa part d'ombre et de lumière.
Au-delà de la narration domine les livres et l'amour qu'ils suscitent, qu'il soit tendre et réparateur (Mortimer, Meggie)ou fou (la tante Elinor, personnage haut en couleur). Les livres dépassent ici la notion d'objets et deviennent des portes, des complices, des amis face aux avanies du destin. Mais ils apportent également le danger avec de sombres personnages tels que Basta ou Capricorne.
On ressort de ce roman avec de la magie plein les yeux, une envie de pouvoir également faire sortir nos héros de nos livres préférés. Et surtout, un amour revivifié, si besoin en est, de cet étrange et compact objet qu'on appelle "livre".

Un conte peut en cacher un autre de Roald Dahl

Roald Dah ldétourne ici les récits des contes par une écriture en vers et de façon très décalée. Ça change complètement des contes traditionnels.
Ça apporte du nouveau : aventure, humour...

D'habitude on trouve une situation initiale malheureuse, une rencontre qui change le cours de l'histoire et une fin heureuse. Ici il s'agit d'histoires malheureuses à la limite de l'horreur (voire du « gore »).

Par exemple :

- Cendrillon : le prince se fait couper la tête, puis Cendrillon se marie avec quelqu'un qu'elle vient de rencontrer et qui fait de la marmelade !

-Blanche- Neige et les 7 nains : « La reine à table, mangea le coeur à belles dents ».

-Jack et le haricot magique : « Un bain, dit-il, voilà qui semble être payant ! Je vais en prendre un tous les jours à présent ».

Il est évident que le public visé n'est pas le même que pour les contes traditionnels que l'on lit aux enfants.

cvt Un-conte-peut-en-cacher-un-autre 3518